Les conséquences économique de la pollution de l’air

L’ÉCONOMIE

IMPACTS ÉCONOMIES DE LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE EN FRANCE

En France, la pollution atmosphérique créée un impact sur la richesse du pays en particulier à cause des coûts qu’elle engendre. Nous pouvons ainsi assister à des coûts sur la santé (à cause des polluants présents dans l’atmosphère), à des pertes de produits agricoles, des problèmes de dégradation des bâtiments aussi… Nous devons lutter pour un environnement plus propre dans un prochain avenir, et l’enjeu économique est aussi important que l’enjeu écologique. Des disparités au niveau économique pourraient provoquer des tensions dans la société. Aujourd’hui nous parlons plus de mondialisation de l’économie, et donc la lutte contre la protection de l’environnement doit se faire car la pollution pourrait être source de disparités au niveau économique qui aboutirait ainsi à des tensions politiques et sociales, la croissance économique qui est l’augmentation sur une longue période de la production d’un pays, tend à accroitre la pollution atmosphérique en France dans la mesure ou celle-ci utilise des énergies productives de pollution.

Nous allons voir dans une première partie les effets qu’entraine la pollution atmosphérique sur la santé avant de voir dans une deuxième partie quels sont les impacts agricoles, et les relations avec la croissance économique.

Pour réduire l’impact économique de la pollution atmosphérique, les ministères (de la santé, de l’industrie et de l’écologie), établissent des règles, des normes que nous devons respecter, et qui sont donc réglementaires…

-Nous devons d’abord réduire les flux, de nos polluants rejetés et émis dans l’atmosphère, en surveillant et réglementant nos usages industriels, produits en grandes quantités.

-Nous devons aussi rendre une obligation de faire des contrôles anti-pollution des véhicules, réglementé par le code de la route, et nous devons aussi surveiller les rejets domestiques.

 

LES EFFETS DE LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE SUR LA SANTE :

La pollution atmosphérique entraine des maladies respiratoires et vasculaires, cancéreuses (appelé les grands risques) chez l’homme, rendant impératif la prise en charge de ce problème mondial…

Nous pouvons, à cause de cette pollution, avoir à faire face aussi à des infections aiguës, des voies respiratoires, telles que des Pharyngites, des Laryngites, des angines. Mais aussi des maladies pulmonaires, telles que des Bronchites, des Alvéolites allergiques, l’Asthme. (cela peut créer aussi des maux de tête), maladies moins graves mais qui représentent aussi un coût sur la santé important (appelé le petit risque). Aujourd’hui, nous observons que les risques de ces maladies, liées à la pollution, sont plus fréquents, chez les personnes moins riches et plus défavorisées dans la société. Ainsi, chez ces populations, le coût de la santé pourrait augmenter, entrainant, des problèmes économiques, si les français continuent à avoir tous accès aux soins.

Mais, la lutte contre cette pollution a cependant un coût. Ainsi, la réduction de la production, la conversion à des carburants plus propres, qui sont des moyens de réduire les émissions polluantes peuvent avoir un impact important sur la croissance économique. En effet celle-ci de courtes périodes (cycles Juglar), c'est-à-dire une baisse de la production sur 7 ans pour rentabiliser les coûts puis une ré-augmentation.

 

LES IMPACTS AGRICOLES LIÉS A LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE :

Introduction :

Les cultures agricoles peuvent être affectées par l’exposition à des concentrations élevées de polluants atmosphériques. Cela peut ainsi aller de marques visibles sur les feuilles, à la mort du plant, et bien sûr cela peut aussi entrainer des ralentissements de la croissance des cultures, à une baisse de rendements agricoles, entrainant des problèmes économiques majeurs. Mais l’agriculture agit aussi sur le rejet de ces polluants dans l’air…


-L’agriculture contribue à la pollution atmosphérique, et donc aux polluants rejetés dans l’air. (exemples : les insecticides et engrais déposés par hélicoptère, par exemple en Camargue).

Partout, dans le monde, les productions agro-alimentaires, pourront s’élever. Ainsi, dans les pays riches, cela posera des problèmes pour certaines classes sociales. Mais dans les pays en voie de développement, ou la majorité de la population des villes habite dans des bidonvilles, cela posera une catastrophe. Le PIB (produit intérieur brute), de la planète risque de doubler d’ici 2030, ses émissions de gaz à effet de serre augmenteront d’environs 37% si les tendances actuelles se poursuivent. Entre pays riches et moins riches, s’échangent les fameux permis de polluer, que l’on achète et que l’on vend, et qui sont l’objet de nombreux malentendus. (ces permis de polluer s’appliquent depuis le début des années 90 aux rejets de polluants et prennent ainsi la forme de « marché d’émission »). Ce projet a été crée aux USA en 1995, bien que les émissions de gaz de ce pays soit en continuelle croissance, afin de réduire l’émission du dioxyde de souffre, par exemple, qui est responsables de pluies acides.

Partout dans notre pays, les modèles d’exploitation sur de vastes étendues, sont critiqués et remis en question, que ce soit par les écologistes, ou les hommes politiques, voulant tous apporter des modifications, des conditions d’exploitations agricoles, bien que cela préoccupe et cela dérange les agriculteurs. Ces exploitations agricoles, non biologiques, sont souvent guidées, et sont dirigées souvent par de grandes firmes internationales ; aux grands capitaux économiques.

ÉCONOMIE ET ÉNERGIE :

Depuis plus de 30 ans, et malgré les crises, la production économique mondiale n’a cessé d’utiliser de plus en plus d’énergie, ce qui influence aussi la progression de la pollution atmosphérique.

La consommation de gaz s’accélère, ce qui accélère parallèlement la concentration de gaz à effet de serre, dans l’atmosphère, ce qui pourra entrainer, le réchauffement de la planète.

MAIS LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE A DES LIMITES :

La France, a mis au service de son essor tous les moyens techniques dont elle disposait, chaque pays étant mobilisé afin d’augmenter, la production, et les capitaux. La richesse d’une société, de nos jours, est évoluée en biens matériels, et en consommation énergétique. Ceci est un modèle pour les pays en voie de développement (exemple : Chine et Inde), qui peut devenir problématique à long terme car leur besoins énergétiques augmentent au même rythme que leur croissance économique. (si toute la population mondiale se mettait à vivre comme les États-Unis, il faudrait à l’homme 5 ou 6 planètes supplémentaires, afin qu’il parvienne à réaliser ses besoins). A noter que l’écart Nord/Sud se creuse de plus en plus, ce qui outre un problème moral de base, entraine un déséquilibre et des migrations non souhaitées ; sans parler des migrations pour raisons climatiques qui ne pourront que déstabiliser les économies des différents pays et pourquoi pas de la France.

Depuis les années 2000, des causes, économiques, soient-elles, n’ont fait qu’accroitre la pression sur l’environnement :

-La France est la première destination touristique mondiale, donc il y a une hausse des consommations, avec une hausse de pollution.

-Aussi, l’augmentation de l’activité des constructions d’habitations, sur les périphéries des villes, et sur les littoraux, avec des matériaux qui ne sont pas encore malheureusement HQE (c'est-à-dire haute qualité environnementale).

-Les transports aériens, très polluants, sont de plus en plus accessibles financièrement et pour des durées de séjours courts et pour des destinations proches. Ce type de déplacement est plus encouragé que le train.

 

CONCLUSION :

La France est l’un de pays le plus riches du monde (5ème puissance économique mondiale). Cependant, la croissance économique reste aujourd’hui néfaste à l’environnement. En effet, d’une part, la pollution de l’air agit sur la santé des populations en augmentant la morbidité. D’autres part, les agriculteurs non biologiques, majoritaires en France, utilisent beaucoup trop de polluants (engrais et pesticides). Les besoins en énergie des pays riches grâce à la croissance économique influencent certains autres pays et ne fait qu’accroitre la pollution de l’air et met les pays dans des situations de crise. Le protocole de Kyoto, visant à stabiliser les émissions, n’a pas été approuvé par certains pays, comme les États-Unis, dépensant de grosses sommes avec leurs voitures, avions, industries, et polluants, ainsi en grande partie dans l’atmosphère. Ainsi, l’homme, conscient du possible futur économique qui l’attend dans plusieurs années, ne cesse de continuer ses activités, continuant à polluer, et en augmentant les différences Nord/Sud. Les accords mondiaux seront difficiles à obtenir à ce sujet, voir l’échec de la conférence de COPENHAGUE.



Veuillez cliquez : La situation sociale de la pollution de l’air

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site